Ouest Médias - Agence digitale Nantes Saint-Nazaire

Ligue 1 : objectif, reprise le week-end du 22 et 23 août

Le sort est jeté depuis le 30 avril dernier sur la saison 2019/2020 et l'arrêt des championnats professionnels de football français. Cette décision entraîne des conséquences économiques importantes pour les clubs de l'Hexagone. A l'instar des grandes difficultés rencontrées par l'ensemble des entreprises hexagonales, dans les services et l'industrie, face à l'arrêt de leurs activités depuis le confinement Covid-19, mi mars. La question se pose désormais de la date de reprise 2020/2021. La LFP a obtenu un prêt bancaire permettant de couvrir les droits TV auprès des clubs au 5 avril et 5 juin.

Mise à jour : 04/05/20 à 19h00

La LFP a annoncé en mileiu d'après-midi avoir obtenu un prêt bancaire de grande ampleur, avec garantie de l'Etat, popur couvrir auprès des clubs les droits TV non réglés au titre des versements du 5 avril et ceux à venir du 5 juin.

Lire le communiqué de la LFP 

Article initial publié le 04/05/20 à 8h30

Dans le contexte d'une France à l'arrêt, confrontée à des incertitudes majeures quant à son avenir en récession et chahutée au gré des annonces officielles contradictoires, dans la presse et sur les réseaux sociaux, parler football peut sembler futile… Même s'il s'agit, vu du côté des acteur professionnels, d'un secteur économique à part entière… et, sous l'angle des supporters, d'une passion légitime.

Dans l'immédiat, le bleu, blanc et rouge ont cédé la place au rouge, orange et vert en prévision d'un déconfinement toujours espéré le 11 mai prochain et qui sera acté le 7 mai.

Pour la Ligue 1 et la Ligue 2, en revanche, point de sursis ni d'espoir. C'est rouge partout avec des rassemblements de plus de 5.000 personnes interdits au moins jusqu'au 30 août prochain comme le confirme l'infographie de synthèse (ci-dessous) diffusée le 02/05/20 par le gouvernement.

Deconfinement Covid-19

Source Twitter @gouvernementFR

Didier Quillot (LFP) plaide pour la reprise les 22 et 23 août 2020

Invité voici deux jours de l'émission On refait le match (RTL), le directeur général exécutif de la Ligue de Football Professionnel a maintienu le cap pour entrenir l'espoir !

« L'objectif premier, c'est démarrer la saison en août avec une date cible : le week-end du 22 et 23, a indiqué Didier QuillotNous allons discuter de cette date avec les diffuseurs et aussi l'État qui détermineront les conditions dans lesquelles on peut rejouer, à huis clos ou pas, avec quelle jauge, etc… » 

Sur la question des entraînements des clubs pros :

« Nous attendons aussi les directives du gouvernement. J'imagine… qu'ils pourront avoir lieu quelque part à partir de la deuxième quinzaine de juin. »

En ce domaine, le Ministère des Sports a publié jeudi 30 avril une longue fiche pratique sur la reprise du sport si le confinement est bien levé dans une semaine.

Ce document fixe le cadre suivant :

« Les critères de distanciation spécifiques entre les personnes sont les suivantes :

  • Une distance de 10 mètres minimum entre deux personnes pour les activité du vélo et du jogging ;
  • Une distance physique suffisante d’environ 4m2 pour les activités en plein air type tennis, yoga, fitness par exemple

Les activités sportives qui ne permettent pas cette distanciation (sports collectifs, sport de combat) ne pourront pas reprendre dans l’immédiat. Le ministère des sports proposera une liste exhaustive des disciplines et sports concernés par cette interdiction provisoire dans un guide pratique en cours d’élaboration. Un nouveau point d’étape sera fait d’ici au 2 juin pour évaluer les modalités de reprise des pratiques sportives en salles et des disciplines qui nécessitent un contact.

Les règles définies pour l’ensemble des Français valent pour les sportifs de haut niveau et professionnels qui pourront reprendre une activité à haute intensité à partir du 11 mai mais exclusivement dans une logique individuelle dans le respect strict des règles de distanciation.

Le ministère des Sports précise qu’aucune compétition sportive ne pourra avoir lieu avant le mois d’août, y compris à huis clos.

Par ailleurs, comme l’a annoncé le Premier ministre, les manifestations sportives rassemblant plus 5 000 personnes sur un même lieu ne pourront se tenir avant le mois de septembre. »

Selon les décisions opérationnelles qui seront actées, en concertation avec les parties prenantes, un redémarrage de la saison 2020/2021 courant août serait donc possible, en théorie.

Ambitieux et optimiste, Didier Quillot, toujours sur RTL, verrait bien disputer les deux finales de Coupe de France (PSG vs Saint-Etienne) et de de la Ligue (PSG vs Lyon) avant le week-end du 22 et 23 août :

« Si […] l'on peut rejouer à partir de début août, il reste un à deux week-ends pour loger les deux finales de Coupe de France et de Coupe de la Ligue » a-t-il déclaré.

En cas de victoire en Coupe de la Ligue, Lyon serait qualifié pour l'Europa League 2020/2021 (ticket que l'OL, 7e au classement au quotient, n'a pas obtenu via le championnat de L1) ; ce qui enverrait le Stade Rennais au Q3 préliminaire de Champions League.

En ligne de mire, la question cruciale des droits TV 2020/2021

Au-delà du sport mais intimement lié à celui-ci, l'urgence est financière puisque les droits TV au 2e trimestre 2020 sont désormais réduits à la portion congrue, Canal Plus ayant résilié son contrat le 30 avril. La chaîne cryptée ne versera pas un centime pour les matches non joués. La perte serait de l'ordre de 220 à 240 millions selon une estimation du quotidien L'Equipe.

Comme toutes les PME, les clubs ont eu droits aux mesures gouvernementales de soutien : chômage partiel, Prêt Garanti par l'Etat (PGE) avec soutien BPI… et, parfois, accords internes avec réduction temporaire du salaires des joueurs pour passer le cap.

Angers SCO a ainsi communiqué sur le sujet :

« Pour surmonter cette crise qui prive le club d’un peu plus de 10 millions d'euros de ces revenus, avec l’arrêt des matches et la résiliation des contrats TV par les diffuseurs, Angers SCO a eu recours à des apports en trésorerie effectués par son Président Saïd Chabane et au dispositif d’accompagnement des entreprises via les prêts garantis par l’Etat afin de combler ce manque à gagner jusqu’à la reprise de la saison 2020/21. »

Avec la mise en place sur le mois d’avril du dispositif d’aide de l’Etat complété par les accords collectifs entre les représentants des clubs et des joueurs (via l’UNFP, Union Nationale des Footballeurs Professionnels). Ces accords se traduisent par une baisse et un étalement des salaires de plus de 50% en moyenne pour le mois d’avril. »

Il y a quelques jours, sur BFM TV, Laurent Nicollin, le président de Montpellier se disait dans l'expectative quant au premier versement de Mediapro, le nouveau détenteur espagnol des droits TV de la Ligue 1, envisageant un calendrier espéré proche de celui évoqué par Didier Quillot :

« Il faut espérer que le championnat commence fin août, début septembre et que Mediapro prenne le relais et fasse le premier versement. Sinon... »

Rappelons que Mediapro a raflé l'appel d'offres des droits TV en mettant 1,153 milliard d'euros par an sur la table des négociations contre 762 millions d'euros par an pour le précédent contrat (Canal Plus, Be In Sports) de 2016 à 2020.

Noël Le Graet, le Président de la FFF, souhaite deux descentes en Ligue 2

Dans l'attente de la validation en assemblée générale par la LFP, Amiens (19e) et Toulouse (20e) seraient relegués de Ligue 1 en Ligue 2. Le Mans (19e) et Orléans (20e) descendraient de Ligue 2 en National. Des voix s'élévent pour crier à l'injustice et proposer des Ligues 1 et 2 à vingt-deux clubs en 2020/2021 dont celle du Président picard, plaidoyer pro domo destiné à son homologue de la FFF, lors d'un Live sur la page Facebook de l'ASC :

« Le football, en cette période tellement compliquée où tout le monde en France fait preuve d'humanité et de solidarité, pouvait sortir grandi de cette épreuve, il suffisait de garder 22 clubs en Ligue 1 et en Ligue 2, Je suis très déçu de cette attitude égoïste des dirigeants parce qu'Amiens n'a pas eu sa chance. Avec l'appui de la métropole, avec nos avocats, nous allons tout faire pour combattre cette injustice flagrante… » a incanté Bernard Joannin !

Une reprise de la Bundesliga d'ici fin mai se dessine en Allemagne

Au-delà de nos frontières, reste aujourd'hui une question prégnante : parmi les championnats européens majeurs (Bundesliga en Allemagne, Premiere League en Angleterre, Serie A en Italie, Liga en Espagne)… lesquels pourraient terminer l'exercice 2019/2020… et alors porter un vrai mauvais coup supplémentaire (au sens de la valorisation de la perte financière) aux formations de L1.

Les Allemands semblent les plus avancés avec un avis favorable émis par le Ministre fédéral de l'intérieur et des sports dans le quotidien Bild, dimanche 2 mai. Les rencontres pourraient se terminer à huis clos dès fin mai… sous conditions sanitaires strictes évidemment. En Italie, Angleterre et Espagne… le cadre reste flou et improbable dans l'immédiat. L'UEFA a fixé au 25 mai prochain la date butoir (auprès de ses 55 associations nationales membres) pour être prévenue en cas d'arrêt définitif comme en France et aux Pays-Bas.

Le mot de fin revient à Noël Le Graët, le Président de la FFF, dans un long entretien au quotidien Ouest France, samedi 2/05 :

« L’ennemi, c’est le virus, il ne faut pas se tromper, il n’y a que l’évolution de l’épidémie qui nous apportera des réponses. »

La chronologie des articles Covid-19 et Ligue 1 sur le blog d'actualités Ouest Médias