Ouest Médias - Agence digitale Nantes Saint-Nazaire

Covid 19 : baromètre hebdomadaire des données #2

Mercredi 17/11/20, Jérôme Salomon, directeur général de la santé s'est voulu optimiste : « Nos efforts commencent à porter leurs fruits » a-t-il déclaré en conférence de presse. Une prise de parole du Président de la République est attendue la semaine prochaine avec, souhaitons-le, un horizon promis et des modalités de déconfinement. Les petits commerces mettent une pression forte sur le gouvernement pour réouvrir le 26/11, veille du Black Friday. Pour ce 2e baromètre hebdomadaire, le suivi indicatif des indicateurs montre une baisse de l'indicidence et taux de positivité nationaux. Hospitalisations et réanimations tendent vers un plateau.

Le pire était-il passé ? En conférence de presse, mardi 17/11/2020, Jérôme Salomon, directeur général de la santé, a émis l'hypothèse, à l'aulne des statistiques actuelles que « le pic de l'épidémie est derrière nous ». Les données (voir les infographies ci-dessous) montrent en effet une convergence de l'évolution, si l'on intègre le décalage temporel entre la contamination par le virus SARS Cov2 de la famille des coronavirus, le déclenchement de la maladie, l'hospitalisation pour les personnes les plus touchées… et, malheureusement, l'admission en réanimation pour les formes les plus sévères de la maladie Covid-19.

Le taux incidence et la positivité régressent mais tests PCR et antigéniques cohabitent désormais

Le vrai problème, quant au suivi des données (sources Santé Publique France - GEODES pour toutes celles extraites et traitées ici) tient aux évolutions fréquentes de méthodes de comptabilisation des chiffres qui induisent des biais potentiels puisqu'il y a suspicion de ne plus raisonner toutes choses égales par ailleurs (ceteris paribus). Dernier exemple en date, l'introduction dans les data… des résultats des tests de positivités antigéniques, qui se pratiquent en pharmacies, aux côtés de ceux des tests PCR.

Lire le sujet : Les tests antigéniques faussent-ils la courbe du Covid-19 ?

Faisons néanmoins confiance aux sources officielles, puisque la tendance des prises de parole est à l'optimisme, sans qu'il soit réellement possible d'identifier la/les raison(s) profonde(s) de cette amélioration si rapide voire inattendue. Rappelons que lors de la proclamation du 2e confinement, c'est un cataclysme total qui était promis au pays. Le couvre-feu préalable dans les métropoles les plus touchées puis ce 2e confinement, ainsi que les vacances de la Toussaint, semblent avoir produit des effets cumulés.

Si l'on regarde Saint-Etienne, métropole la plus touchée (incidence sur 7 jours glissants pour 100.000 habitants passée de 1259, pic au 27/10/20, à 596,2,7 le 14/11/20 pour la dernière valeur disponible) l'ampleur de la baisse est très significative. Une tendance positive que l'on observe à l'échelle des 22 métropoles de l'Hexagone avec un point bas national qui se situe toujours à Brest (93,9 le 14/11/20).

Les deux premières courbes ci-dessous, celles des cas positifs et du taux d'incidence national, suivent un trend identique. Alors que le taux de positivité se réduit également de jour en jour : il atteignait 21.2% (en semaine glissante, 7 jours) le 01/11/20 ; il est de 16,2% le 14/11/20.

L'augmentation des hospitalisations et réanimations tend vers un plateau

Le taux de pression sur le système hospitalier, pour éviter la saturation, reste – au-delà de la légitime préservation de la santé de chacun d'entre nous – l'un des facteurs majeurs et déclenchants des mesures de restriction des déplacements, libertés individuelles et de travailler… ayant mené à confiner une deuxième fois la population.

En France mais aussi en Europe (l'Allemagne a durci, la Suède commence à revoir en partie sa position). Il sera intéressant, en ce domaine, d'observer quelle sera l'attitude de la nouvelle administration fédérale américaine, dès le 20 janvier 2021, une fois la transition effectuée entre le Président sortant Donald J. Trump et l'élu Joe Biden.

Pour en revenir à notre beau pays, la réduction progressive (calculée sur une moyenne en 7 jours glissants afin de lisser) tant de la hausse des hospitalisations que celle des réanimations (au sens du cumul, nombre total de personnes dans l'un et l'autre cas) confine désormais à un plateau.

Quatre courbes ci-dessous pour le visualiser :

  • Cumul des hospitalisations au jour le jour
  • Cumul des hospitalisations en moyenne glissante sur 7 jours… rapportée au jour le jour
  • Cumul des réanimations au jour le jour
  • Cumul des réanimations en moyenne glissante sur 7 jours… rapportée au jour le jour

Cela continue à augmenter en nombre, au quotidien, mais en valeur relative et en moyenne glissante sur 7 jours… le pas se réduit chaque jour un peu plus.

  • Pour les hospitalisations (moyenne glissante sur 7 jours) : la variation entre le 02/11/20 et le 03/11/20 était de +4,71%. Elle n'est plus que de +0,73% entre le 16/11/20 et le 17/11/20.
  • Pour les réanimations (moyenne glissante sur 7 jours) :  la variation entre le 02/11/20 et le 03/11/20 était de +4,14%. Elle n'est plus que de +0,30% entre le 16/11/20 et le 17/11/20.

Consulter le baromètre #1 (11/11/2020)

Des annonces présidentielles et gouvernementales la semaine prochaine

Selon les médias nationaux, le Président de la République prévoit une prise de parole la semaine prochaine. Emmanuel Macron avait fixé une clause de « revoyure » au plus tard au 01/12/2020, terme actuel du 2e confinement.

Côté Premier Ministre, la posture reste raide dans une lecture stricte de la Constitution de la 5e République, en état d'urgence sanitaire. L'éxécutif décide ! Entendu mardi 17/11/20 à l'Assemblée Nationale, Jean Castex a confirmé que « des mesures de restriction perdureront ».

Les commerces non essentiels seront-ils en mesure de réouvrir le 26/11/20, veille du Black Friday ? La pression est forte en ce domaine alors que les achats de Noël, part stratégique du chiffre d'affaires des indépendants, en lutte frontale avec les géants mondiaux du commerce en ligne, se profilent. Mais n'est-ils pas trop tard .

L'injonction au Click and Collect, quand seulement 37% des TPE/PME ont un site internet et 9% un site e-commerce, ne saurait être la réponse. Tandis que les aides autorisent une survie précaire.

Pour les bars et les restaurants, il faudra attendre janvier ou février 2021.

Rendez-vous dans une semaine, mercredi 25/11/20, pour notre 3e baromètre hebdomadaire.

Cas positifs, taux d'incidence, hospitalisations et réanimations : infographie interactive depuis le 26/10/20